De la communication en tant qu’auteur

Par Valéry K. Baran.

Et pourquoi ne pas regarder ce sujet en dehors de la lorgnette commerciale ?

D’autres auteurs s’expriment à ce sujet. J’ai envie de le faire moi-aussi. Allons-y !

Une petite histoire, d’abord :

Avant d’écrire, il y a de cela plusieurs années, j’ai fait du théâtre. De façon plutôt poussée puisque j’ai presque 8 ans de théâtre derrière moi dont deux dans une école de formation professionnelle : vous voyez, celle dans laquelle vous n’êtes pris que sur audition et où vous manquez de vous évanouir quand vous apprenez que vous venez d’être pris dans l’école de théâtre la plus prestigieuse de la deuxième plus grande ville de France (la classe, quoi).

Eh bien j’ai tout plaqué. Et ce, pour une unique raison : la compétition. J’ai tellement été étouffée par cette ambiance de « ouais, on est tous amis, on s’éclate trop, mais en fait tout n’est que du faux parce que toutes les relations qu’on a ne sont que régies par nos ambitions personnelles et notre désir de réussite » que j’en ai perdu tout plaisir de jouer, et non seulement j’ai tout plaqué mais en plus je n’ai jamais rejoué depuis.

Bref,

Laissez tomber la communication à but commercial.

(oui oui, en gras, en gros, tout ça).

Communiquez avec les autres auteurs parce qu’ils vous intéressent (oui oui, parce que vous vous intéressez à eux et non pas parce que vous voudriez l’inverse), parce que vous avez envie de les découvrir (quitte à vous rendre compte derrière que vous n’avez pas tant de points communs : pas grave, faîtes l’essai si vous en avez envie quand même : c’est comme ça qu’on se découvre IRL et c’est aussi comme ça qu’on se découvre sur la toile), parce que vous avez envie de partager avec eux leur parcours d’auteur et leurs joies, parce que vous avez envie de partager avec eux les vôtres, parce que, en vous engageant dans la voie de l’écriture et/ou de la publication, vous avez envie de vous retrouver avec d’autres personnes comme vous et d’être réellement dans une relation d’échange avec eux…

Et communiquez avec les lecteurs parce que vous avez du plaisir à le faire. Parce que vous aimez échanger avec eux, parce que c’est une relation qui vous plait, parce que leur avis vous importe et non parce que vous avez envie de fidéliser une clientèle ou je ne sais quoi du même genre.

Et, ah oui, important : ne confondez pas les autres auteurs avec vos potentiels lecteurs. Ils vous liront peut-être s’ils en ont envie mais ce n’est en aucun cas à eux que vous devez faire de la pub concernant vos propres bouquins. Parlez-en, bien sûr : ils seront ravis d’apprendre où vous en êtes de votre parcours d’auteur (et, personnellement, c’est d’ailleurs typiquement ce qui m’intéresse chez les auteurs que je suis), mais laissez tomber l’idée de faire ce que je vois partout, c’est à dire d’utiliser des pages facebook de groupes d’auteurs pour faire la pub de vos textes (et qui ne sont que gavées de ça, du coup : des auteurs qui ne font que s’auto-promotionner face à d’autres auteurs qui n’en ont rien à faire puisqu’ils ne font que s’auto-promotionner également…). Laissez tomber aussi l’idée d’ajouter d’autres auteurs à un profil/une page/un groupe dont le but n’est que de vous auto-promotionner (ça m’est arrivé et c’est irritant).

Bref, ne communiquez en tant qu’auteur que pour une seule raison :

L’envie !

Et éclatez-vous ! Soyez vous-même. Et n’oubliez pas que la communication, ça se fait toujours dans les deux sens et ça s’appelle l’échange !

Je ne donnerai pas de conseil d’outils de communication ici parce que j’en découvre récemment certains et je ne suis pas encore à l’aise à ce sujet, mais je pense vraiment que la communication doit être abordée sous cette facette-là : ce que ça peut nous apporter à nous-même, en tant qu’auteur et également en tant qu’humain.

Il y a bien plus à gagner en communiquant avec les autres auteurs/lecteurs qu’un simple chiffre de ventes, vraiment. 🙂

Précédent

Camp nano (session de Juillet)

Suivant

Non, y’a pas que le nano dans la vie, mais j’en parle quand même!

12 Commentaires

  1. C’est tellement vrai, ce que tu dis ! Ça me lasse pas mal de passer sur un site, disons, consacré à l’auto-édition ou aux conseils pour auteurs auto-édités (style Lulu.com ou autre) et de me rendre compte que dans 80% des commentaires laissés sous un article ou sur un forum, l’auteur en profite pour caser une petite pub sur son/ses livre-s…

    C’est censé être discret et poli ? Vu que *tout le monde* fait la même chose, ça revient surtout à du matraquage de gens qui ne sont en effet même pas intéressés…

    La meilleure façon de s’attirer une réputation positive, c’est encore d’échanger, comme tu le dis, de manière intelligente et naturelle. Là, si les gens aiment ce qu’on a à dire, ils sont susceptibles de s’intéresser de plus près à ce qu’on fait. Autrement, c’est vraiment se tirer une balle dans le pied.

    • Zut, moi qui avais envie de m’intéresser aux forums pour auteurs, tu me fais peur, du coup. XD
      Ceux que m’ont fait poster cet article, récemment, c’était plutôt sur facebook. J’ai regardé quelques groupes d’auteurs et c’était déprimant : que des « voilà le lien vers mon nouveau bouquin » qui se succèdent, avec absolument personne qui s’intéresse aux bouquins des autres : de ceux qui ont posté le même message avant, mais tous qui viennent quand même derrière pour reproduire le même acte stérile…
      Et puis, juste après, une auteure qui m’envoie une demande de friend sur facebook (je ne savais pas qui c’était : dans le doute, j’ai dit ok) et qui, derrière, au lieu de m’envoyer un message pour se présenter comme je l’aurais apprécié, m’ajoute direct à ses différents groupes dont le sujet est, à chaque fois, uniquement la promotion de ses propres œuvres (et me voilà donc noyée de publicités, d’appels au vote et de nouvelles concernant les écrits d’une auteur que je n’ai jamais vue avant et qui n’en a strictement rien à battre de moi)…

      Et sinon, oui, c’est parfois parce qu’on est séduit par quelqu’un en particulier : sa personnalité, ses discours… qu’on a envie de découvrir ce qu’il a écrit ou ce qu’il a lu : dans ce sens-là. 🙂

      • fjudy

        C’est pour cela que j’apprécie Twitter, quand je suis quelqu’un c’est pour voir ce qu’il a dire. Et si j’ai envie de mettre des choses en rapport avec mon écriture, seules les personnes qui ont choisi de me lire les auront. Mais là bas aussi j’ai remarqué que parfois des personnes ajoutent dans l’espoir d’avoir un renvoi de balle, ce que je ne fais pas.
        Mais malheureusement on ne peut pas éviter Facebook de nos jours, quand on écrit et que l’on veut communiquer avec ses lecteurs, et s’autopromouvoir un peu, c’est un passage obligé.
        Sur Mix de plaisir (le forum) ce que j’apprécie c’est que les auteurs y sont invités par l’admin sur les demandes des lecteurs. Je n’y ai rencontré que très peu d’autopromotion, parfois un auteur le fait sur son sujet, mais en même temps c’est l’endroit pour ça^^.
        Il n’y a qu’un auteur que je ne citerai pas et dont je n’ai pas aimé la façon de faire. Ce n’est pas grave je ne lis pas ses livres, en voulant s’autopromouvoir elle m’a dégoutée.
        Sinon je suis entièrement d’accord avec toi, il faut que la communication reste un plaisir.

        • Oui, j’ai déjà entendu dire que Twitter était sympa, en effet. Je ne sais pas si je m’y mettrai un jour : j’entends le fait que c’est un outil de communication sympa mais je crois que la brièveté des posts est en totale opposition avec mon mode de fonctionnement (déjà que je fais des efforts énormes pour limiter la taille de mes réponses et le nombre de parenthèses que je peux y mettre… XD). Du coup, pour l’instant, je ne l’utilise qu’en moyen de suivi des posts de ce wordpress, mais peut-être un jour ! ^^
          Et, effectivement, pour ce que j’ai vu du forum Mix de plaisir, ça a l’air très bien sur ce sujet aussi. J’hésite toujours un peu à m’y inscrire parce que le concept me plait mais j’aurais peur qu’y apparaître en tant qu’auteur pousse les lecteurs à ne plus pouvoir être aussi sincères sur mes écrits qu’actuellement (et je trouve ça cool, des lecteurs qui donnent leur avis sans se soucier du fait que l’auteur puisse le lire ou non).

          • fjudy

            Je crois que certains auteurs y sont de façon anonyme, je pense que si tu y venais en tant que Kumfu la lectrice, beaucoup ne feraient pas le rapprochement. Après certaines ne sont pas tendres, auteurs sur le site ou pas.
            Twitter : l’essayer c’est l’adopter^^ Plus sérieusement ça permet de se tenir au courant et c’est un formidable outil pour poster des liens d’ailleurs c’est grâce à ça que je suis arrivée sur ton article.

          • (Désolée pour la réponse tardive : j’étais en vacances ^^).
            Eh tiens, pas bête pour le « kumfu » lectrice ! C’est une idée intéressante, en tout cas. Je vais y réfléchir. Merci ! 🙂

      • Disons que les forums pour auteurs, c’est comme tout, il y en a des bons et… des moins bons. Mais c’est vrai que je parlais surtout de sites et de blogs de conseils, en fait ! Côté forums je pense qu’on avait déjà parlé ensemble de Plume d’Argent (je crois ?… sinon, c’est que je perds la boule) et alors là, si tu cherches une communauté d’écriture chaleureuse, c’est la perle d’entre les perles ! Je ne peux que te la recommander chaudement, même si j’ai moins de temps pour y traîner actuellement. 😉 Les auteurs qui ne se soucient que de leur propre pub, là-bas, on n’entend pas parler longtemps d’eux. Et ça fait du bien !

  2. J’avoue que j’ai supprimé les notifications de certains groupes FB. Je vais de temps en temps voir si quelque chose m’intéresse mais c’est assez pénible, surtout quand c’est sur un groupe qui n’a, a priori, rien à voir…
    Et c’est clair que ces auteurs ne cherchent qu’à vendre, ils ne s’intéressent pas aux autres, juste à acquérir un public. Ceci dit, surtout en auto édition, je comprends leur démarche puisqu’ils ne vendent qu’en fonction de leur talent commercial (une des raisons qui ne feront jamais de moi une auteur auto éditée^^).
    Mais il y en a qui sont dans une démarche tout aussi commerciale sans bombarder les groupes de leur autopromo : c’est presque plus vicieux et malsain selon moi. J’ai vu quelques auteurs qui ne cachaient pas leur volonté de se faire publier ici ou là et se mettre dans les bonnes grâces d’autres auteurs ou d’éditeurs pour avoir la chance d’une faveur.
    Je pense que c’est pour ça que je suis timide sur les réseaux sociaux : j’aime suivre des actus ou des pages, mais j’aime pouvoir trier ce qui m’intéresse vraiment. Je n’aime pas l’idée de devoir être complaisante avec untel pour avoir une bonne promo, j’aurais l’impression de vendre mon âme au diable. En fait, c’est comme je suis incapable de jouer un rôle hypocrite IRL, même si ça limite mes possibilités…

    • (Désolée pour la réponse tardive : j’étais en vacances ^^).
      Pour la démarche plus perverse, c’est ce que j’ai vécu dans le théâtre, en fait : comme tout marche par les connaissances (il n’y a pas vraiment de lieu permettant de connaître toutes les auditions et opportunités et, de toute façon, les acteurs sont généralement sélectionnés par connaissance en dehors de toute audition), il faut forcément être là au bon moment, au bon endroit, avec les bonnes personnes… Enfin, ça devient très très vite très pervers et, pour peu qu’on ait des ambitions professionnelles, étouffant (du moins, je l’avais vécu comme tel). Mais je suis comme toi : je suis capable de garder pour moi un certain nombre de choses (si je n’apprécie pas quelque chose, je ne vais pas forcément en faire état publiquement), mais je vais alors prendre des distances : je suis incapable de m’épanouir dans une relation sous-tendue par des intérêts personnels. Certains y arrivent probablement, mais je pense que c’est forcément douloureux à un moment donné, surtout pour une activité « passion » comme l’est l’écriture.

  3. Faut croire que certains auteurs n’ont aucun plaisir à partager avec leurs lecteurs puisqu’ils matraquent les autres de pubs, de promo en tout genre, etc. Pourtant, c’est génial quand l’envie est là, ça ouvre des perspectives. Et puis, c’est un peu le propre de l’auteur non ? Partager. Quand il envoie son manuscrit aux éditeurs, c’est dans cette optique. Alors pourquoi un système à deux vitesses ? Ahlala, l’art subtil de la communication ^^ Très bon article en tout cas !

    • (Désolée pour la réponse tardive : j’étais en vacances ^^).
      Je pense qu’il doit être aisé de se laisser prendre au piège de l’auto-promo intensive, parce que, oui, ça doit surement apporter quelques ventes, mais à quel prix ? Soit il faut vraiment avoir l’âme d’un commercial, soit je crains que ce soit douloureux à terme, d’une part parce que je ne pense pas que le résultat ait beaucoup de chances d’être à la hauteur des efforts déployés, et d’autre part parce que c’est oublier qu’il y a une autre relation à avoir avec les autres auteurs/ses lecteurs, et qui est beaucoup plus enrichissante, en fait.
      Et merci ! 🙂

Laisser un commentaire

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

%d blogueurs aiment cette page :