Par Valéry K. Baran.

sexy_man_boy_underwear_men_by_netartnet-d4onw11La dernière nouvelle MM que j’ai écrite a vu plusieurs versions. Comme toujours, je suis partie d’une idée générale : la construction du texte en elle-même était parfaitement claire, le sujet aussi, mais il fallait encore que je mette cette idée à l’écrit et que je voie « vivre » les personnages pour savoir ce que ça donnerait. Et ma première version, celle qui mettait en scène trois personnages dans sa scène initiale, était partie dans une direction que je ne voulais pas : relativement sombre, mais ça c’est quelque chose que j’aime écrire, mais surtout allant dans une relation où le consentement du personnage était, certes, réel, mais… bof, quoi. Limite, tout de même. Et ce n’était pas ce que je voulais écrire. J’ai donc changé. Vous retrouverez dans la version finale Josh, Juan et Angélo, mais dans une relation différente, et le deuxième personnage principal, en plus de Josh, n’est ni Juan ni Angélo, mais un autre personnage (à découvrir !).

A titre de curiosité et/ou de petite lecture bonus, voici toutefois un petit passage de ce que j’ai supprimé (ça se passe donc à 3 dans une douche, et c’est une scène de sexe). Ceci étant bien sûr un premier jet, merci de ne pas prêter attention aux faiblesses de style que vous pourriez éventuellement repérer : ce genre de choses se travaille secondairement !

Note : le texte qui suit est écrit du point de vue de Josh.

Juan tourna le visage vers Angélo.

— Tu devrais le laisser tranquille, dit-il.

— Pourquoi ?

La main d’Angélo naviguait sur son torse et son regard était fixé sur son bas-ventre, là où — il le savait — son propre membre ne cessait de se relever au fur et à mesure que ses doigts descendaient vers lui.

Josh appuya plus fortement la tête contre le carrelage, derrière lui, et leva les yeux au plafond. Le désir pulsait violemment à l’intérieur de lui, dangereux. Positionné sur sa gauche, en opposition à Angélo, Juan ne le touchait pas. Seulement, il l’observait, comme s’il cherchait à lire dans son regard, à décrypter ce qui se jouait sous le grain de sa peau.

— Tu veux ?

Il ne répondit pas à cette question de Juan. Il se serra juste plus intensément contre le mur, y plaqua les mains et, lorsque celle d’Angélo parvint sur son membre tendu, ferma vivement les paupières en relâchant un souffle tremblant. L’excitation explosa avec tant de force en lui qu’il se rendit compte que, si, au lieu de s’enrouler simplement autour de sa chair, les doigts s’étaient mis à le caresser, il aurait pu jouir dans l’instant.

Alors, il rouvrit le regard, fixa Juan, un temps, puis osa le diriger sur Angélo, inquiet de ce qu’il allait y voir. Curieusement, celui-ci n’affichait pas l’une de ses expressions méprisantes, mais plutôt attentive, bien que supérieure, comme toujours.

— Tu vois ? dit Angélo à Juan.

— Oui.

— Je te le disais.

Et Josh eut à peine le temps d’intégrer ces paroles que la main d’Angélo se mit en mouvement sur son sexe tandis que son souffle se rapprochait de son cou, le caressant et tirant des décharges de plaisir de son corps. De réflexe, il tendit le cou en arrière, haleta, se raidit, conscient au fond de lui que, malgré toute la crainte qu’il éprouvait, ce qu’il se passait était exactement ce qu’il avait voulu, ce qu’il désirait au plus profond de lui-même. Sa tête retomba sur le côté et il fut surpris en rencontrant celle de Juan qui le laissa pourtant s’appuyer contre sa pommette. Étonné, il rouvrit les paupières tandis que les doigts d’Angélo se mouvaient toujours sur son sexe, le faisant frôler la jouissance, et ne put voir l’expression du visage de Juan, celui-ci étant trop proche de lui, mais put le sentir tourner légèrement la tête. Et lorsque sa main se posa sur son torse, et que ses doigts se saisirent de son mamelon, et qu’ils le firent rouler doucement, la chaleur qui grondait déjà dans son ventre explosa et il se répandit sur la main chaude qui l’enserrait, le faisant se vider en longues saccades alors que son corps entier tremblait sous la force de l’orgasme éprouvé.

Un temps, il resta pantelant, toujours appuyé contre le mur froid de la douche de laquelle plus rien ne coulait. Seules quelques gouttes, un peu plus loin, apportaient un résonnement régulier qui renforçait l’atmosphère de silence et de vide de la salle.

Puis Josh vit Angélo et Juan se faire un signe de tête avant de commencer tous deux à se déshabiller.

***

Quand il contempla les corps de Damien et de Juan devant lui, Josh aurait pu se trouver devant une image connue : il les avait déjà vus nus dans l’intimité des vestiaires. Il aurait pu se trouver devant quelque chose d’effrayant : leurs sexes étaient tendus et il ne savait pas ce qu’ils voulaient faire de lui. Ce qu’il éprouva le plus fortement fut pourtant de l’excitation. Sa verge vidée collait à sa cuisse mais tout son organisme vibrait encore d’un brasier inconnu, puissant au point de rendre secondaire toutes les pensées qu’il pouvait bien avoir et qui, pourtant, comportaient un certain nombre de signaux d’alarme.

Il se laissa glisser au sol, suivant le carrelage dans son dos, sans réfléchir, captivé par la vision qui se dressait en face de lui. Surtout, il regarda Juan. Juan chez qui, bien malgré lui, tous ses fantasmes se concentraient. Juan qui resta en arrière alors qu’Angélo s’approchait de lui. Comme si la configuration avait été faite pour qu’ils se trouvent à ce moment-ci exactement dans cette position, son sexe se présenta devant son visage, proche, si proche, alors qu’Angélo prenait appui des deux mains contre le mur.

— C’est bien ce que tu veux, non ?

Josh leva les yeux sur son visage, le trouvant haut au-dessus de sa tête. Encore une fois, et contrairement à ce dont il avait l’habitude, l’expression d’Angélo n’était pas agressive, juste pressante et invasive, comme s’il le sondait par ces paroles. Il évita de répondre. Juan s’accroupit à ce moment auprès de lui et Josh fut tellement troublé par cette présence soudaine qu’il en manqua une expiration. Il sombra alors dans son regard, dans ces yeux qui le captivaient si aisément.

— Si tu ne le veux pas, dis-le, lui chuchota-t-il.

Et Josh se laissa envahir par ces paroles, touché qu’elles lui soient adressées.

— Joshua, l’appela Angélo.

Celui-ci usait toujours de son prénom complet le concernant. Après un temps de silence, il répéta pourtant en corrigeant :

— Josh.

Le changement soudain attira son attention et il releva la tête vers ce dernier, le trouvant de nouveau penché sur lui, son sexe à quelques centimètres de ses lèvres.

Juan se redressa à ce moment-là.

— Angélo… Je ne suis pas sûr qu’il veuille.

— Avec toi, il veut.

L’annonce fit à Josh l’effet d’un coup de poignard, la manière dont le fixa Juan à ce moment-là aussi. Angélo lisait visiblement avec beaucoup de clarté en lui.

Juan échangea un regard avec ce dernier, un regard qui, s’il ne le confirma, ne s’opposa pas à ce qu’il avait dit.

— Dis-le, exigea alors Angélo, et Josh vit dans ses yeux émaner soudain quelque chose de sombre. Quelque chose à quoi il ne s’était pas attendu. Quelque chose qui l’excita vivement, malgré lui.

— Je vais y aller, souffla-t-il avec empressement en commençant à se relever pour tenter de se défiler, mais Juan ne le laissa pas faire.

D’un coup, il se saisit de ses cheveux et il plaqua la tête contre le mur, le faisant se cogner au carrelage.

— Dis.

Son cœur battait à toute allure et il voyait le sexe de Juan se présenter devant lui, ce sexe auquel il avait tant fantasmé auparavant, qu’il avait imaginé plusieurs fois entrer dans sa bouche, franchir la barrière de ses lèvres et… plus bas encore, l’écarter.

— Oui, avoua-t-il et, pour confirmer son aveu, et alors que sa poitrine abritait des battements plus vifs encore, il ferma les yeux et ouvrit les lèvres.

Si la sensation du sexe de Juan dans ne l’avait pas violemment excité, le son du soupir que celui-ci lâcha en franchissant la barrière de sa bouche aurait pu le faire à lui seul. Josh se positionna plus confortablement sur ses genoux, laissant la chair désirée glisser sur la surface offerte de ses lèvres jusqu’à ce qu’elle prenne sa place en lui. Là, Juan s’immobilisa et Josh leva la main pour la placer sur sa hanche solide, avant que l’autre la rejoigne de l’autre côté. Il sentait les muscles puissants sous ses paumes : ceux des cuisses à la lisière de ses poignets, ceux des fesses à l’extrémité de ses doigts, là où il brûlait de les glisser, de toucher les globes puissants, de s’y agripper. Mais il les laissa juste en place et s’en servit pour repousser le corps de Juan, juste assez pour lui laisser l’amplitude suffisante pour revenir de lui-même dans sa bouche.