Écrire la prise de risque sexuel (dans l’érotique)

Valéry K. Baran

Issue d’une famille d’enseignants en littérature, Valéry K. Baran a baigné depuis l’enfance dans la passion de l’écriture. Après plusieurs années animées par une grande soif d’aventures, elle a finalement renoué avec ce premier amour, livrant aux lecteurs des histoires chargées d’érotisme. Ses récits torrides font cependant toujours la part belle à la romance.

You may also like...

2 Responses

  1. vivianefaure dit :

    Tout à fait.
    Ce qui me dérange le plus dans certains textes érotiques, c’est pas que les personnages ne se protègent pas (effectivement, ça arrive dans la réalité) mais que la narration donne l’impression que cette problématique n’existe simplement pas.
    Juste « oh bonjour bel inconnu, oui faisons l’amour » c’est la réalité alternative du porno et ça ne m’intéresse pas. Alors que dès qu’on rentre dans la tête des personnages et qu’on a par exemple (« ok, je prends un risque, mais… ») ça devient nettement plus « réel ».

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :