Travail en cours – Wordcount

You may also like...

9 Responses

  1. Courage! Tu vas y arriver.

  2. J’adore travailler avec des délais. Et quand il n’y en a pas, je m’en fixe moi-même ou je fais la « course » avec mon compagnon, écrivain lui aussi.
    Bon courage, c’est déjà bien parti, visiblement ! 😀

    • Oh, vous écrivez tous deux, alors, c’est excellent !
      Oui, c’est l’envie de se mettre des défis, aussi. C’est sympa à faire. 🙂
      Et merci !

      • Oui – lui est dans la SFFFH et je pense que c’est à son contact que j’ai viré vers le fantastique. Alors qu’avant, seules quelques unes de mes nouvelles flirtaient avec le surnaturel, à présent presque toutes sont de ce genre et trois romans sont nés (l’année passée).
        Les défis sont toujours stimulants, mais parfois les résultats pas à la hauteur. Ton amie Hope fait le nano : je l’ai testé en novembre passé, j’ai écrit un roman de sorcières, mais ce fut l’enfer (j’en parle sur mon blog) car je me suis lancée sans rien savoir de l’intrigue, de mes personnages, ou presque. Il a nécessité un gros travail de réécriture or j’ai absolument horreur de ça (corriger, éditer, oui, devoir transformer une grosse partie du roman, non merci).

        • Sympa (pour ta relation en matière d’écriture avec ton homme). 🙂
          Le nano, j’ai testé aussi (2 fois… ou 3 ?) et pareil : c’est une catastrophe, pour moi : je suis incapable d’aligner les mots sans prendre le temps de réfléchir à ce que j’écris et de me poser. Même là, dans ce que je fais, je me relis au fur et à mesure et je songe à ce que je fais, et je change des trucs (j’ai quand même commencé par écrire 15 pages dont j’ai envoyé une dizaine à la poubelle parce que ça n’allait pas). Ceci-dit, alors que j’ai toujours pensé que le nano n’était pas pour moi, cette expérience me fait me demander si je ne pourrais pas re-tenter le coup : pas sur un vrai nano, parce que c’est trop, mais sur un semi-nano, et en partant du principe que je me relirai/reverrai mon texte au fur et à mesure comme je le fais ici. Là, oui. Mais, sur mes précédents essais, c’était comme toi : des pages et des pages à jeter à la poubelle, derrière (et, perso, je n’en ai rien fait, sinon une idée de roman qu’il faudra que je reprenne, un de ces jours).

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :