Les critiques négatives, les auteurs et les lecteurs

Valéry K. Baran

Issue d’une famille d’enseignants en littérature, Valéry K. Baran a baigné depuis l’enfance dans la passion de l’écriture. Après plusieurs années animées par une grande soif d’aventures, elle a finalement renoué avec ce premier amour, livrant aux lecteurs des histoires chargées d’érotisme. Ses récits torrides font cependant toujours la part belle à la romance.

You may also like...

15 Responses

  1. Il y a tout de même quelque chose qui m’ennuie quand je vois certains livres se faire descendre, il y a une sorte d’attaque sous-jacente des lecteurs. Genre : vous avez des goûts de merde, ce n’est pas dit ainsi, mais c’est pensé très fort. Du coup, je comprends certains comportements de lecteurs qui s’énervent après l’auteur de la chronique ou de la personne qui dit du mal du livre qu’ils ont adoré.

    Après j’espère que quand les premières critiques négatives tomberont, je parviendrai à rester relax. Quoi qu’il en soit si j’en parle ce sera en privé ou avec ma famille et mes amis, pour me faire remonter le moral, mais pas en public. Je ne veux pas être un de ces auteurs qui se plaint.

    J’ai déjà reçu des critiques négatives et je me souviens ne pas avoir trop mal réagi. Surtout qu’il faut savoir ce qui relève du goût du lecteur, et de critères plus objectifs à améliorer par la suite. Même si une critique m’a empêchée de dormir une fois^^ cependant, j’en suis toujours sortie plus forte en me disant que je ferais mieux la prochaine fois. Et puis je me suis consolée avec les avis positifs que j’ai eus. Mais bon dans la fanfiction, je n’avais autant d’investissement personnel qu’aujourd’hui dans l’édition. Quoique je suis allée voir les avis négatifs que j’ai reçus sur mes fanfics en guise d’entraînement (oui, je me prépare^^), et je reconnais que les personnes avaient raison. D’ailleurs, leurs remarques ont été prises en compte et j’ai tenté de m’améliorer par la suite.

    Bientôt, je pourrai parler de ma réaction face a ces avis négatifs, même si j’espère qu’ils seront peu nombreux. :p

    • Tu penses aux critiques genre « j’ai acheté ce livre au vu de tous les avis extrêmement positifs que j’ai lu dessus et j’ai été extrêmement déçu, je n’ai pas vu ce qui… » etc. que l’on voit parfois ? Si c’est ça, perso, ça ne me dérange pas. Il est normal qu’un lecteur à qui on vend, de par les commentaires, une œuvre d’exception et qui se retrouve devant quelque chose, pour lui, de très éloigné de ce qu’on lui a vendu soit interpellé par les autres avis émis. Ça ne veut pas dire qu’il a raison, ça ne veut pas dire qu’il a tort, ça veut juste dire qu’il est en total décalage avec les avis émis par les autres lecteurs et que ça l’a dérangé. Ce n’est ni plus ni moins qu’un avis comme un autre, à prendre comme tel.
      Te concernant, je ne m’inquiète pas pour toi. Tu as déjà publié auparavant (sur le net), tu as déjà reçu des avis de lecteurs, tu sais déjà toutes les formes que ceux-ci peuvent prendre… Tu sauras gérer, je n’en ai aucun doute. 🙂

      • Non c’est pas ce genre d’avis^^ Parce que la déception je la ressens aussi quand tout le monde adore un bouquin et que je m’attends à lire une merveille et qu’au final il est juste bien, ou qu’il ne plait pas du tout.
        Mais plutôt du genre « je comprends pas qu’on puisse aimer ce bouquin, c’est une daube ». Le genre de réactions que je vois souvent pour Levy ou Twilight pour prendre de gros auteurs. Sans citer de petits qui pourraient se sentir viser.
        Ou du genre : « mais cet auteur son lectorat c’est ses copines alors c’est normal qu’elles la défendent. » Comme si si c’était pas normal d’avoir des gouts différents et que forcement ceux qui aiment sont des copines, donc pas sincères. Et franchement je pense qu’il y a une sorte de jalousie sous-jacente et non assumée derrière.

        • D’acc’. Ah oui, effectivement, si j’ai déjà vu les premiers, je n’ai pas vu les deuxièmes (sur les copines). Les avis sont parfois lapidaires, c’est clair…
          Pas sûre cependant que ce soit de la jalousie. Je crois toujours qu’on met le mot de jalousie trop facilement sur des choses qui ne le méritent pas, en fait. Du moins, la déception de voir une œuvre que le lecteur aurait considéré très passable voire mauvaise être montée aux nues alors que d’autres œuvres qu’il aurait considérées mille fois meilleures sont totalement boudées peut suffire à l’expliquer, en tout cas, même si je ne peux pas le savoir à la place des lecteurs concernés.

          • Je crois que j’ai vu la romance, le yaoi, etc… tellement dépréciés que j’en suis venue à une certaine saturation de ce genre de comportement.

          • Dans ce cas-là, je suppose qu’il s’agissait de commentaires postés par des gens n’ayant pas commenté d’autres œuvres de romance ou MM, ou ne les ayant au moins pas commenté positivement, alors (sinon, il n’y aurait pas dépréciation de genre). Mais est-ce que ces cas-là sont nombreux ? Sur des œuvres ayant fait des ventes de folie (« Fifty Shades », par exemple), je veux bien parce que l’ampleur du phénomène est telle qu’à un moment donné, elle attire des curieux voulant juste savoir si, au-delà de son genre, l’œuvre vaut le battage qu’elle déclenche. Mais sinon, je n’ai pas bien vu ce genre de commentaires ou, du moins, ils me paraissent, comme les commentaires motivés par de la malveillance, appartenir plus à des cas anecdotiques qu’autre chose.

  2. Chani dit :

    Ça fait plaisir de lire qu’on l’on peut toujours donner son avis même négatif, parfois j’en doute.
    Bonne continuation 🙂

    • Il faut, il faut. La camaraderie à outrance ne fait du bien ni aux livres, ni aux auteurs, ni aux lecteurs (qui peuvent passer à côté de jolies perles, du coup). Et il faut continuer à croire qu’on peut toujours. 🙂

  3. Ketsuchi dit :

    J’aime beaucoup cet article, tu expliques bien la différence entre les qualités objectives d’un texte et ce qui est de nos goûts propres. J’essayerais de faire plus attention pour mes prochains commentaires d’ailleurs. Dommage que tout le monde ne pense pas comme toi, certains auteurs et leurs amis ont tendance à te lapider si tu dis que tu n’aimes pas leur livre ! C’est pourquoi, j’hésite toujours à mettre un commentaire négatif.

    • Merci ! Il y a des auteurs chez qui, quelle que soit la manière dont on s’y prenne, tout ce qui n’est pas des louanges ne passera jamais mais ils sont quand même rarissimes. Dans l’ensemble, on peut présenter des avis variés, et il faut d’ailleurs continuer à le faire : ça participe à la diversité des avis des lecteurs. 🙂

  4. Je partage ce point de vue à 100%.
    J’ajoute que la masturbation systématique de l’ego d’un auteur n’apporte pas grand chose de constructif à celui-ci, bien au contraire, il aurait tendance à se complaire dans sa médiocrité (relative) et stagner. A long terme, c’est la meilleure sortie vers la lassitude et l’oubli du lectorat. Puis soyons honnêtes, la polémique fait vendre. Il n’y a qu’à voir Fifty Shade pour ne citer que lui. Plus les critiques sont mitigées, plus il attire la curiosité. Quant à l’excès d’éloges, il possède l’effet pervers d’amener des attentes élevées chez le lecteur qui engendre forcément la déception. Un peu comme ces films à gros budget tellement vantés dans les médias à coup de spots publicitaires racoleurs que lorsqu’on les visionne, on s’attend au super méga film du siècle et on tombe des nues, forcément !
    De même que la justification de l’auteur sur des points subjectifs est vouée à l’échec parce que les goûts sont aussi personnel que le caractère ou la personnalité. On n’en change pas d’un claquement de doigt parce l’auteur le désire. Donc, l’argumentation est une perte de temps. Au pire, elle engendre des conflits et par conséquent, la perte d’un lecteur potentiel.
    Bref, comme dirait l’autre: L’orgueil est le consolateur des faibles. lol

    • Tout à fait. Parfois, un commentaire critique peut justement être l’élément déclencheur d’un achat, et il n’y a pas forcément de correspondance entre les étoiles reçues par un bouquin et son nombre de ventes.

  5. caladhiel80 dit :

    En un mot: MERCI! Cet article est juste, intelligent, et remet parfaitement les pendules à l’heure quand certains se complaisent à dénigrer de manière on ne peut plus condescendante les lecteurs qui oseraient émettre un avis négatif.

  6. Ouiiii merci pour cet article !! 😀 C’est vraiment bien expliqué, et je plussoie le conseil : RE. LAX.
    Parfois j’ai l’impression que les lecteurs (en particulier les blogueurs) sont pris pour des agences de pubs et qui auraient le devoir de tout aimer, tout encenser… Alors que c’est faux !

    Flatter les egos n’est clairement pas une bonne chose d’autant plus qu’une bonne critique peut AUSSI décourager des gens de lire un livre ! Ca n’est récemment arrivé, d’ailleurs. J’ai lu une critique extrêmement positive mais qui m’a simplement fait comprendre que ce livre n’était clairement pas ce que j’attendais d’un livre. A l’inverse, des critiques négatives m’ont déjà incitée à m’intéresser à un livre puisque les points considérés comme négatifs par le chroniqueur ne l’étaient pas, pour moi. En l’occurrence, le reproche principal fait au livre était une relative lenteur dans l’avancée de l’intrigue… Ce qui ne m’a absolument pas dérangée.

    Je trouve également qu’écrire des avis négatifs est aussi un exercice d’écriture intéressant puisqu’il faut vraiment faire attention à bien expliquer pourquoi on n’a pas aimé ce livre, que les raisons soient subjectives ou non. On a le droit den e pas aimer, mais de là à insulter tout un lectorat, non ! Et cela permet également de mieux montrer ses goûts, de donner de la personnalité à nos articles en mettant en valeur ce que nous aimons et ce que nous n’aimons pas. Je comprends également qu’un auteur soit triste de voir une mauvaise critique sur son livre, le choix des mots et des arguments est important dans ce cas là, mais il ne faut pas se museler pour autant !

    J’ai malheureusement déjà eu affaire à une auteure qui prenait très mal les critiques négatives au point d’être une violence absolue au moins petit bémol des avis qu’elle recevait… Même sur un avis extrêmement positif, pour peu que la personne relève un point qui l’a déçue (quelles qu’en soit les raisons !), elle se permettait des commentaires d’une violence verbale assez incroyable. C’est un cas d’école d’ego un peu trop flatté et c’est vraiment déplorable, d’autant plus que ses romans ont de vraies qualités. J’ai été assez dégouté de ses commentaires pour ne plus vouloir faire mention de ses écrits sur mon blog…

    Bref ! Beaucoup de blabla pour pas grand chose ! Merci pour cet article intelligent et très vrai ! 🙂

    • Merci à toi pour ce commentaire. Je suis moi-même admin d’un blog de recommandations de lectures et j’ai toujours encouragé les membres à parler aussi des points qui fâchent. D’une, il en va de la crédibilité de la chronique : une chronique qui ne parle que des points positifs en passant sous silence ceux qui pourraient déranger peut paraître partiale et donc desservir l’oeuvre que la chroniqueuse a pourtant voulu mettre en avant. Et de deux, comme tu le dis très bien, certains points vus comme dérangeants pour un lecteur pourront être des points donnant envie de lire le bouquin en question pour d’autres (tout ce qui est de l’ordre des goûts perso, en fait). 🙂

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :