Retour sur Livre Paris 2016 !

Par Valéry K. Baran et Hope Tiefenbrunner.

Comme l’année dernière, voici le récit de nos aventures rocambolesques notre petit bilan de ces deux journées extraordinaires passées au Salon du Livre à Livre Paris (oui, on va finir par se faire à la nouvelle appellation !).

Et, autant, l’année dernière, nous nous étions fait l’effet d’être en mode gamines de 12 ans surexcitées et Val avait rivalisé de « blonderies » à chaque instant, autant cette année, on aurait presque pu croire qu’on était passées à l’âge adulte et la « blonde » du salon, c’était… Hope !!! qui, déjà, n’arrivait pas à se repérer dans le salon (comment ça, ça fait 50 fois qu’on fait ce parcours et c’est toujours le même ?…), mais a surtout réussi à oublier son ticket d’entrée le samedi ! (Et ça c’est fort). Heureusement, la technologie était à notre rescousse et les gens à l’entrée super sympa, parce que pour accepter de la laisser entrer avec une photo de son ticket laissé sur le meuble d’entrée de son appart’ et renvoyée par SMS (genre : je ne l’ai pas sur moi mais, regardez, il est en photo, là !), il fallait vraiment être compréhensif (ouf !).

Sinon, pas de soirée d’inauguration cette année parce que, celle-ci s’étant déroulée le mercredi et non pas le jeudi, ce n’était pas possible pour nous. Nous avons donc débarqué le vendredi matin à l’ouverture  enfin, dans la matinée enfin… à midi, quoi ! Après avoir longuement immortalisé sur pellicule nos chaussures qui brillent.

Shine !!!

Les moments forts du salon

La séance de dédicaces de Val

Par rapport à l’année dernière, le vendredi était plus calme d’une manière générale, ce qui était visible en particulier dans les allées.
Val et Gilles ont cependant eu la chance d’avoir du monde en continu devant le stand, mais plus tranquille, ce qui n’était pas déplaisant. Tous les deux ont pu prendre le temps de discuter, le temps de blaguer avec les lecteurs et lectrices, et le temps de se chambrer sans cesse réciproquement (et pas qu’un peu ! C’était vraiment marrant, on peut le dire).

Le stand nous attend, beau comme tout

Contrairement à l’année dernière également, les stylos servant à dédicacer étaient bien tous dans le sac, il n’y a eu aucun stress de faire une faute d’orthographe (quand on n’a pas à écrire capoeira partout, ça aide), et aucun trait de stylo sur les tranches des autres livres n’a été fait (ha ha ha ! On sent l’autrice qui a pris de l’assurance, non ?)

La grande confiance en soi dans le dégainage de stylo (cf l’expression de l’autrice qui sait que cette fois ses stylos sont bien dans son sac !). Avec Gilles Milo-Vacéri

Si les stylos étaient au rendez-vous, le téléphone d’Hope l’a par contre lâchement abandonné et, tandis qu’autour d’elle chacun y allait de son post sur Facebook, elle tentait désespéramment d’en faire autant… avant d’abandonner (non mais c’était le week-end blonde + malédiction de la photo).

Quoiqu’il en soit, c’était vraiment super sympa et on a apprécié, cette fois encore, ce temps d’échange et de partage qui reste un régal à vivre en tant qu’auteur.

Valéry en plein boulot

Le resto du vendredi soir

Parce que, à Harlequin, on a des éditrices extra, et qui dit éditrices extra dit petits soins avec les auteurs, on a eu le plaisir d’être toutes et tous invités dans un bar à champagne (oui madame !!!) pour manger tous ensemble le soir entre auteurs et éditeurs (ça, avec le train en première classe pour venir, on se sent très VIP, quoi).

Bon, dans la catégorie « les auteurs de la honte », on a tous sifflé en un temps tellement record les bouteilles de champagne, qu’on a appris qu’on avait consommé en 2 heures et à 20 personnes le stock de champagne normalement prévu pour une soirée entière et pour 30 (ah… quand même, oui !). Mais on a tenu bon !!! On a bien rigolé, Gilles a eu droit à son adoubement avec une épée en plastique (non ! ça avait été décidé à l’avance et à jeun, ce n’était pas « que » sous l’influence de l’alcool). Et on est ensuite rentrées (en ne titubant pas trop fort) s’avachir comme des masses  ramper jusqu’à la porte d’entrée rejoindre l’appartement d’Hope.

Gilles Milo-Vacéri, Rose Morvan, Louisa Méonis et Louise Manet
(Ce week-end restera marqué par la malédiction de la photo pourrie, oui)

 La rencontre du samedi au coin pique-nique

Anne Rossi, Hope et Harue Cendre Elven

On a dû y passer près de 2h30 et, si on s’y est posées pépères, ça n’a pas duré longtemps du tout et on a eu ensuite énormément de monde et en continu (on avait même fini par chasser involontairement tous les gens voulant s’installer dans notre coin, à force, pour s’accaparer un tapis entier à notre petit groupe !). Et, à chaque fois qu’on se disait qu’on allait décoller, quand même (on finissait par avoir mal aux fesses à force d’être assises, un comble pour le Salon du livre !!!), quelqu’un d’autre arrivait, ou revenait après avoir fait un tour, ou nous reconnaissait et nous rejoignait, et on était reparties pour de longs bavardages sans ne plus s’arrêter.

Bref, c’était vraiment très sympa parce que ce type de week-end est tellement riche en rencontres qu’on a aisément fait de ne pouvoir échanger que quelques mots rapides avec chacun, et là on a réellement pu se poser pour bavarder.

Val a aussi dédicacé en masse ! (« alors, celui-ci, c’est pour moi, celui-ci c’est pour une copine, celui-là pour le faire gagner sur le blog, celui-là pour une autre copine… » Okay !). (Et, comble de la honte, a réussi à se planter sur un prénom) (Et comme on recopiait le nom écrit par l’autre, avec Gilles, on a fait tous les deux l’erreur. Ah bravo !!!).

Les blogueuses à l’attaque !

Toutes les rencontres

Et on a surtout vu plein de copines : les auteurs d’Harlequin : Angela Morelli, Emily Blaine, Louise Manet, Léna Forestier, Julie Huleux, Louisa Méonis, Cécile Chomin, Gilles Milo-Vacéri, Isabelle Castelli, Rose Morvan, Mily Black, Caroline Costa, Marie Lerouge, Anne Rossi, Eve Borelli…

Mily Black et Caroline Costa

Les autres auteurs, éditeurs et les lectrices/blogueuses : Clarissa Rivière, Miss Kat, Eric Vaucey, Sylvie Gand, Amhéliie, Camille Miko, Adeline Dias, Juliette Di Cen, Karen Harrock, Harue Cendre Elven, Qhuay Atlast, Tornado Rainbow, Valérie Dbw, S.M. Gerhard, Mélody Kist, Terry Milien, les filles de The Lovely Teacher Addictions, de Livre sa vie, de The reading List of Ninie, de La malle aux livres, des Romantiques, de Boulevard des passions, de la Théière littéraire, de Lire ou dormir il faut choisir, de Sur l’étagère, de derrière la petite sirène en plastique, de Les lectures de Mylène… (et on a même dédicacé pour les absentes)… Sans parler de tous ceux qu’on a oublié dans cette liste, et on va s’arrêter là de toute façon parce qu’elle est trop longue ! Mais, bref, c’était un régal.

(Note : et Val a même dédicacé dans les toilettes ! Ah, ce moment de prise de conscience quand tu te rends compte que tu t’es appuyée sur le rebord du lavabo après t’être fait coincer dans les toilettes pour te demander une dédicace…).

Dans la catégorie très fun, il y a aussi eu la lectrice qui vient aux dédicaces des auteurs le vendredi et dit qu’elle est dans la fanfiction et… OMG, c’est Alixe !!! Alixe, quoi : une pointure dans ce milieu que l’on connait ultra bien mais qu’on a perdu de vue depuis (la voir à cette occasion et au stand Harlequin, tout ce temps après, c’était juste génial).

Et surtout…

La bande de copines !!!
Hope, Adeline Dias, Val, Anne Rossi et Juliette Di Cen
(Avec la photo ratée qui tue ! A la décharge de Hope, faire un selfie à 5 avec tout le monde qui bouge en rigolant et un éclairage pourri, ce n’est pas facile !)

Une petite pensée pour Magena Suret qui aurait dû être sur cette photo mais qui n’a finalement pas pu venir : tu nous as manqué la miss !

 

Précédent

Notre programme pour le Salon du livre 2016 !

Suivant

La chambre d’Adélaïde

  1. C’est tout simplement génial ! Votre article est top, Mesdames… J’ai eu le sourire d’un bout à l’autre. En tout cas, on en gardera de supers souvenirs encore une fois.

    Val, merci pour tout, pour ta bonne humeur, tes sourires, heu… pour m’avoir supporté aussi. (N’empêche que tu as perdu ton pari et je te rappelle que tu es la seule à te planter sur les prénoms des dédicaces. Tu sais bien que cela ne m’arrive jamais, hein ?! rires !).

    Ma chère Hope, je sais déjà ce que je vais t’offrir… Quoique… J’hésite entre un smartphone connecté à Facebook ou un appareil photo avec flash… Dommage pour l’adoubement… Mais j’ai été très heureux de te revoir. 🙂

    Je vous embrasse toutes les deux !

    Gilles.

    • Je vois que tu essayes encore de tricher pour le pari !!! Je note, je note : ne jamais parier avec Gilles, il ne fait que vouloir tricher (on aurait pu en parler dans le bilan, aussi). 😉

      Merci à toi ! C’était vraiment extra, on s’est bien amusés !

      • Heu… Si Hope ne s’était pas amusée tout le temps à essayer de mettre ses photos sur Facebook, je te rappelle qu’elle était notre juge arbitre ! Mais là… Bon… À défaut de juge et faute de preuve, par simple galanterie, je m’incline… 😉 …
        Bises à toutes les deux.

    • :)! Le changement de smartphone est décidé, je pense passer le pas très prochainement. Ce salon aura été la petite impulsion qui me manquait. Donc l’année prochaine, je serais au top!

Laisser un commentaire

Fièrement propulsé par WordPress & Thème par Anders Norén

%d blogueurs aiment cette page :