Télécabine-moi

Autrice : Valéry K. Baran.

Éditeur : La Musardine.

Résumé : Quand Isabelle reconnaît dans la cabine téléphérique LE mec que s’est tapé sa meilleure amie la veille, celui qui a l’air d’enchaîner les conquêtes féminines comme il enchaîne les virages sur les pistes, elle se dit que, pour une fois, elle ne voit pourquoi elle serait encore la laissée-pour-compte.

Genre : Érotique avec option romance.

Format : Nouvelle. Numérique + papier.

Où le trouver ?

Numérique + papier : 6a00d8342e8a5353ef014e6002ecd1970c-200wiAmazon_logo-8google_play_icon___logo_by_chrisbanks2-d4s1i75Fédération_Nationale_d’Achats_des_Cadres_(logo).svgpoets-ring-ebook-kobo-logo-200x200-150x150

Genèse : Nouvelle écrite pour l’AT « sexe aux sports d’hiver » des éditions La Musardine. Le sujet de l’AT m’intéressait particulièrement, étant une amoureuse du ski, et le format très court demandé fait de l’écriture de texte pour cet AT quelque chose de très distrayant (et pour une auteure comme moi bien occupée par ses trois enfants, ça va très bien !). J’ai choisi d’écrire sur le fantasme de l’ascenseur revisité avec la cabine de téléphérique.

Résumé du recueil (résumé de l’éditeur) :

Les obsédés font du ski

On associe toujours le sexe torride à l’été, mais l’hiver, il s’en passe de belles aussi…
Des pistes enneigées aux chalets confortables en passant par la cabine des remontées mécaniques, le local du secouriste, la boîte de nuit locale ou le resto d’altitude, ça batifole dans tous les coins !
Dans ce nouveau recueil, vous découvrirez votre station de ski préférée telle que vous ne l’aviez encore jamais vue, à travers 20 histoires bien résolues à vous prouver que les sports d’hiver ne se résument pas au ski et à la fondue savoyarde.
Prêt pour une petite virée sur les sommets du plaisir ?

Extrait :

― Je parie que tu ne vaux rien, le provoqua-t-elle ensuite. Que c’est du pipeau. Les mecs comme toi qui se font ce genre de réputation n’ont généralement rien dans le froc.
Son pouls battait vivement dans ses tempes, et elle avait du mal à avoir l’air sûre d’elle.
― C’est ce que tu crois ? l’attaqua-t-il, les yeux plissés par une expression de vexation.
Elle sentit son cœur s’affoler plus encore alors qu’il avançait vers elle. Dans une attitude provocante, elle fit glisser l’arrière de sa tête contre la vitre derrière elle, s’y cambrant légèrement.
― Ouais.
Puis, alors qu’il se rapprochait davantage, Isabelle releva le menton, ajouta dans une ultime bravade.
― À moins que tu me prouves le contraire ?

Remarque : Un petit mot pour dire que, si vous croisez dans ma nouvelle du vocabulaire qui n’est habituellement pas le mien… eh bien ce n’est effectivement pas le mien. 😉 Pour cette collection, on signe un contrat en acceptant de ne pas être mêlé au processus de correction et celui-ci a comporté, au-delà des corrections communes, l’ajout de quelques termes dans les descriptions sexuelles appartenant à un registre qui ne m’est pas habituel. Ça ne change pas le fond de la nouvelle mais, le vocabulaire dans l’érotique étant pour moi quelque chose d’extrêmement important, je le signale simplement.

Teaser :

On en parle ?

Malgré ces provocations, nous pouvons ressentir une certaine électricité entre eux, beaucoup d’envie, d’attirance. Cet homme étant bien décidé à prouver à Isablle qu’elle se trompe, nous assistons à une étreinte particulièrement plaisante dans cette télécabine dont elle ne ressortira pas déçue.

Lire l’intégralité de l’avis ici.

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. jeromedoe dit :

    Je n’ai qu’une gosse et je comprends déjà de quoi tu parles…

  2. Sarah dit :

    Wahou ! Merci pour ce partage ! 🙂

Répondre à Valéry Kumfu Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :