2 ans de ma vie de m***, renouveau et projets

Par Valéry K. Baran.

Je fais un point sur ces… oui, deux ans maintenant de gros ralentissement, et un an et demie de pause, carrément : mis à part deux nouvelles pour la Musardine, je n’ai strictement rien écrit durant ce temps.

1) Pourquoi ?

J’en ai peu parlé, parce que… eh bien parce que ce n’est pas quelque chose dont on aime beaucoup parler, disons-le clairement, même si j’ai fini par l’évoquer discrètement sur les derniers temps, mais j’ai donc eu des problèmes de santé.

J’ai encore des problèmes de santé. Seule différence : j’ai un traitement, maintenant.

Je le fais rapide, mais ce n’est pas quelque chose que je vais garder secret plus longtemps (je l’ai fait et, ça aussi, j’ai envie de le laisser derrière moi), donc allons-y : j’ai… eh bien ce qu’on pourrait qualifier de « tumeur bénigne au cerveau » (bénigne, hein ? Ça ne va pas me tuer).

Bon… c’est un peu mélodramatique de le dire ainsi, OK ! (même si, techniquement, c’est vrai) donc on va le nommer autrement :

J’ai un adénome de l’hypophyse.

En gros, j’ai une masse anormale de cellules qui se sont développées dans la partie de mon cerveau qui s’appelle l’hypophyse et, dans la mesure où l’hypophyse est l’organe-« cerveau » de la sécrétion d’hormones du corps, eh bien j’ai ces cellules qui n’ont rien à foutre là mais qui sont quand même là, donc, et qui font merder le fonctionnement de mon hypophyse, et en conséquence la sécrétion d’hormones de mon corps. C’est donc « bénin » : ça ne va pas me tuer ou même grossir excessivement (et c’est même vraiment minuscule – mais l’hypophyse c’est tout petit de base). Par contre ça engendre les symptômes endocrinologiques que j’ai eu l’occasion de reconnaître cette dernière année. Et ces derniers sont plus ou moins divers, mais j’en ai surtout un (et c’est celui qui m’emm***) : une fatigue anormale, avec difficultés de concentration, oscillante entre des périodes où ça ne va pas trop mal, même si je me sens quand même pas top top top, hein ?, et des périodes où je traine carrément lamentablement de mon lit à mon canapé avec même des difficultés à tenir une conversation (un peu comme quand on manque complètement de sommeil, ou qu’on a accumulé une fatigue de fou… qu’on est limite en malaise et qu’on est obligé de faire des efforts de fou pour être attentif ou trouver nos mots… Sauf que, moi ça me le fait sans ces causes, donc).

J’ai beaucoup de mal à situer quand est-ce que ça a commencé parce que ben, eh, la fatigue, c’te bonne blague : qui est capable de dater précisément une période de fatigue ? Qui est capable de s’en rendre compte, même, parfois ? D’autant plus quand c’est oscillant. Je sais que je l’ai trainée un moment sans savoir ce que j’avais. La grosse pause que j’ai faite au printemps 2017, je ne savais pas que c’était ça : j’ai cru que c’était un besoin de lâcher prise, que j’avais atteint un moment de ma vie d’autrice où j’avais besoin de relâcher la pression, de m’arrêter carrément pendant quelques temps, etc. Et nope, c’était autre chose. Du coup, je dis 2 ans parce que j’ai regardé la dernière fois que j’ai carburé, c’est à dire que j’ai été vraiment capable d’abattre une énorme quantité de travail en une période restreinte, et c’était en été 2016. Je ne sais pas si le problème était déjà présent, alors, mais en tout cas, il ne m’avait pas empêché de faire ça.

Bref, et après il a fallu faire des examens (plein !), un diagnostic (long), examiner la possibilité de traitement (interminable), en essayer des différents (pour prolonger encore)… Et ça a pris un an, au total.

2) Renouveau

(Youhou !)

Et maintenant que j’ai un traitement (enfin !), et qu’il est efficace (bilan sanguin revenu à la normale, symptômes disparus, tolérance parfaite avec aucuns effets secondaires, appelez-moi Lucky), eh bien c’est très simple : je mesure la différence.  Et je le mets en gras, ce n’est pas pour rien. Je me sens vraiment bien, avec du dynamisme, avec la capacité de refaire ce que je faisais avant, autant en matière de capacités d’écriture qu’en capacité même juste à abattre du travail… Bref, normale. Je suis tellement heureuse ! Parce que ça a été, vraiment, et je le mesure d’autant plus maintenant que je ressens la différence, une période très dure. Et là, je parle de l’écriture, parce que c’est ce dont je parle sur ce site, mais c’est bien sûr quelque chose qui a touché tous les aspects de ma vie.

Du coup :

Eh bien j’ai repris mes projets ! Et c’est assez incroyable, d’ailleurs, de voir à quel point je peux être efficace : relire facilement un texte, reformuler avec aisance les phrases qui me semblent le mériter, même identifier des problèmes de structure, de compréhension, de fluidité… que je n’avais pas identifié les fois précédentes. Je fais de nouveau avec aisance ce qui me coûtait excessivement et même me devenait impossible, les temps précédents. C’est à la fois très jouissif et à la fois… eh bien oui : complètement choquant. C’est comme ça.

Et puis j’ai envie de plein de choses !!!

J’ai envie de m’éclater et, en même temps, de finir mes projets laissés en attente et, en même temps, de me lancer dans de nouveaux chantiers, de me lancer de nouveaux défis, le tout avec le besoin de maîtriser chacun des éléments liés… Résultat, je ne fais pas que reprendre des projets laissés en hiatus ces derniers temps ; j’ai aussi envie d’expérimenter d’autres choses, et de le faire bien.

Donc on arrive à la troisième partie :

3) Projets !

Et ils sont nombreux !

Je vais tâcher de faire le point.

Actuellement, donc :

Je finis le guide que je co-écris avec Magena Suret et Delphine Deluscade pour Mxm bookmark et les éditions YBY, autour du travail que l’on fait sur We Need More Safe Sex Books

Ce sera une sorte de « guide » pour les auteurs : pour ceux qui veulent écrire des histoires sans passer sous silence les risques sexuels, sans négliger les questions de consentement, en abordant des sexualités différentes ou des rapports à la sexualité peu traités… L’idée, comme sur le blog We Need More Safe Sex Books, n’est pas de dire « Vous devez faire comme ça » mais « Vous avez envie d’écrire une histoire où vos personnages auraient des rapports hyper hot et safe à la fois ? Où le sujet du consentement est abordé ? Où l’un des personnages est asexuel ? Où la sexualité est irréaliste, mais tout en avertissant vos lecteurs ?… Et vous ne savez pas comment vous y prendre ? Eh bien venez, on va vous aider ». Et ça sera aussi pour les lecteur.rice.s intéressé.e.s par tous ces sujets, bien sûr.

On finit de bosser dessus actuellement (dernières relectures et modifications vues ensemble) et, vraiment, je suis fière du travail que l’on fait. Ce sera un beau guide, assurément. Et, sur un plan personnel, c’est quelque chose que je suis fière de faire… Un livre que je serai fière de voir sortir.

Je prévois une sortie en auto-édition

Et même plusieurs !

Oui, vous avez bien lu.

Alors pourquoi ?

Primo, parce que j’en ai envie. Comme d’autres avant moi, c’est un mode d’édition que j’ai envie de tester, d’explorer. .. Ça me fait envie, tout simplement.

Deuxio parce que j’ai récupéré des textes que je ne peux pas trop publier hormis par ce biais. Ça me parait important de le dire aussi : d’être claire à ce sujet. Il s’agit de mes romans et nouvelles Harlequin sur lesquelles je n’ai récupéré que les droits papier. Et alors, déjà, trouver un éditeur qui ne prend que les droits papier (et donc laisse les numériques à un autre), ha ha ha… c’est compliqué ! Et puis… quand même, je sais que je pourrais en trouver, mais je suis exigeante, avec ça : si je dois filer mes droits pour cette édition en papier, ça ne m’intéresse absolument pas de le faire avec un éditeur n’ayant pas la capacité de déposer mes romans sur des tables de libraires (donc je n’ai pas d’intérêt à signer avec un petit éditeur pour ce projet) ; quant aux gros éditeurs, pour en avoir un qui ne prendra que ces fameux droits papier… Re : c’est compliqué, mais encore plus fort ! Bref. Donc autant le faire différemment et donc en auto-édition. (Par contre, certains ressortiront bien en papier – enrichi, pour le coup : bonus ! – chez éditeur, mais certains seulement. Je n’en dis pas plus pour l’instant).

Tertio parce que j’ai les moyens de le faire. Déjà, on a un superbe site, avec Magena et Hope, Lemon laboratory, qui est juste parfait pour ça : qui dispose déjà de la version lisible en ligne de nombreux de ces textes, qui a une boutique en ligne (que je vais développer mieux encore pour l’occasion), qui a été construit justement pour le partage avec nos lecteur.rice.s… Ça sera parfait. J’ai également acquis avec les années de nombreuses compétences, autant dans la réalisation de couvertures que, même, la création de livres (le boulot de A à Z) : on l’avait déjà fait pour un recueil de nos nouvelles M/M, notamment. J’ai acquis aussi de très bons outils pratiques, et là je pense à des logiciels comme Photoshop, Antidote, InDesign… que maintenant je commence à pas mal maîtriser, franchement. Je suis toujours très bien entourée par des amies extra qui sont elles-mêmes très compétentes dans de nombreux domaines (correction, création de livre, couvertures, etc., certaines même sur un plan pro). Enfin, j’ai déjà un statut professionnel qui me permet, de base (avec mon adorable comptable, qui m’aide bien) de pouvoir être dans les clous sans soucis sur le plan autant des impôts que des charges sociales, c’est à dire de tout déclarer comme il le faut (que demander de plus ?). Bon, je peux. Ça ne me fait pas peur.

Et enfin, parce que ce sera l’occasion de me faire plaisir en échangeant avec mes lectrices, avec vous, dans le but de vous proposer quelque chose qui vous plaira. C’est super important pour moi parce que, ces publications en papier, ça va être pour les personnes qui aiment me lire ! Et, après un an et demie de pause, je sais que ce sera pour celles qui apprécient vraiment mes histoires, et j’ai envie de pouvoir proposer de belles versions papier, avec même des lots spéciaux (petits goodies associés, etc.) pour ceux et celles qui le voudront. C’est vraiment une envie très forte : de faire les choses comme j’en ai envie, et pour vous : d’avoir la satisfaction de vous proposer quelque chose de chouette.

Et je vais donc commencer, pour le coup (exception !), par une œuvre que je pourrai publier à la fois en numérique et à la fois en papier (talaaa !), et c’est mon recueil de nouvelles érotiques. D’autres suivront, mais c’est un recueil qui a juste… cartonné ! sur Wattpad. Un truc de fou (sans blague : L’initiation de Claire, deuxième saison, a cartonné à fond là-bas, mais ce recueil explose pourtant largement sa performance si on ramène les réactions des lecteurs au nombre de chapitres. A l’heure actuelle, il a d’ailleurs passé la barre des 100 000 lectures). Je sais donc que ces histoires plaisent, qu’elles plaisent même beaucoup (et moi aussi, je les aime !), et j’ai travaillé à enrichir ce recueil pour proposer du bonus, en plus (re-talaaa ! J’en parlerai plus en détails plus tard, promis).

En ce moment, je bosse donc sur pas mal de choses (boutique, Amazon-Evil…). Par contre, le recueil est prêt, et je vous solliciterai pour vous demander votre avis ainsi que vous tenir au courant, c’est sûr.

Je prévois des sorties chez éditeur en livres illustrés

Non, ce ne sera pas ce livre mais, quand on cherche des images sur google en tapant « livre illustré », eh bien on tombe sur d’autres livres illustrés. En voilà donc un.

Eh oui, c’est ça les versions enrichies dont je parlais.

Ça, je n’en dis pas trop dessus, d’une part parce que je ne sais pas si mon éditeur veut bien qu’on en parle, et d’autre part parce que ça n’arrivera pas tout de suite, de toute façon ! Eh oui, moi au niveau taf, ça va aller, mais pour les illustrateurs qui vont bosser dessus, c’est autre chose : ils ont beaucoup à faire, encore. Donc on va les laisser travailler gentiment et on en reparlera peut-être en 2019 si tout va bien ?

Et enfin, je compte reprendre mes projets d’écriture

J’ai déjà commencé avec un projet secret de chez secret dont je vous parlerai… Hum… plus tard ! Pour l’instant, on est vraiment sur le secret sur ce projet (oui, je ne suis pas seule dessus…) donc c’est motus et bouche cousue, mais il arrivera un moment où ça sortira. Sûr !

Et enfin, je compte reprendre Hard, finir de retravailler ce que j’ai déjà écrit (sans blague, j’ai publié 43 000 mots sur Lemon laboratory, 63 000 sur Wattpad – l’équivalent de 200 pages d’un roman, pour se repérer -, ce qui veut dire qu’il y a donc 20 000 mots que je n’ai même pas pu finir de relire correctement pour Lemon lab, déjà, et j’ai encore 32 000 mots de déjà écrits que je n’ai qu’à retravailler !!! – équivalent de 100 pages environ – Mots qui sont sur mon ordi, et je dois juste relire et re-bosser un peu pour pouvoir les poster. C’est terrible, hein ? De n’avoir même pas pu faire ça… ), et écrire enfin la fin. Pour le coup, après tout ce délai, je sens que je vais m’éclater à relire cette histoire depuis le début et je serai super heureuse de la poursuivre et de la finir, parce que je n’ai jamais laissé la moindre de mes histoires inachevée et il est hors de question que ça se produise. Et aussi parce que je l’aime, cette histoire. Alors, puisque je peux maintenant, ce sera ce que je ferai.

(Et après, j’ai plein d’autres projets d’histoires à écrire encore !!!)

 

Voilà donc pour les nouvelles, me concernant. Dans les semaines à venir, vous devriez me voir pas mal parler d’auto-édition. Si vous voulez me suivre à ce sujet, je vous encourage donc… à me suivre sur les réseaux, déjà (oui oui, faîtes-le !) mais, comme on sait tou.te.s à quel point Facebook n’est plus devenu fiable à ce sujet… me suivre surtout via la newsletter de Lemon laboratory, vu que je pense communiquer pas mal par là-bas. En outre, je tiens absolument à favoriser les lecteurs et lectrices qui me suivent par ce biais ! (Eh oui, c’est un projet que je fais d’abord pour les personnes qui aiment ce que j’écris et qui me suivent de près), donc…

Val.

Alias Val the return (yes !).

 

Vous aimerez aussi...

7 réponses

  1. gossipcoco dit :

    Coucou,

    J’avoue être sous le choc d’apprendre ce que tu viens de traverser. Je suis heureuse néanmoins de savoir que tu as pu trouver le traitement qui te soigne. Prends aussi soin de toi que tu prends soin des autres ! En tout cas, je suis aussi contente de voir que tu vas reprendre l’écriture, que ce soit en collaboration ou en solo. Je te fais bien de bisous et merci de mon côté pour me soutenir avec les petits mots aussi dans ce que traverse ma Chipie. Le soutien moral des amis et des proches vaut tellement dans la vie. (Petit mot, ma Chipie a repris du poil de la bête, sans jeu de mot, même si, désormais, elle aura droit à une visite chez la copine des zanimaux pour une piqûre d’antibiotiques pour lutter le plus contre les infections).

    En tout cas, je suivrai toutes tes nouveautés avec impatience!

    Bisous les filles

    Gossip Coco

    • C’est vrai que je suis restée super discrète dessus. 🙂 Eh, ce n’est pas trop le genre de choses dont on aime parler. Et merci !!! Courage à toi de ton côté, avec ta Chipie. Ce par quoi vous passez est très dur, et je super contente de voir qu’elle va mieux. Pourvu que ça dure le plus longtemps possible. <3
      Gros bisous à toi et merci. <3

  2. Magena Suret dit :

    Ça fait plaisir que tu retrouves la pêche et que tu aies enfin un traitement adapté, surtout !

    Et vive les projets !!! 🙂

  3. vivianefaure dit :

    Ohlàlà, j’avais vu passer sur facebook tes posts où tu faisais allusion à des ennuis de santé mais comme tout le monde, ça fait un choc de lire le diagnostic. Heureuse de lire que tu as désormais un traitement qui te convient !

    Plein de projets, c’est génial ! Je te souhaite plein d’énergie et de temps libre pour les mener à bien. ^^

  4. Cécile Dlivres dit :

    Je vais faire simple 😉
    Je suis heureuse de te retrouver en pleine forme et tout ces beaux projets d’écritures. ❤

Répondre à Cécile Dlivres Annuler la réponse.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :